Allongée sous l’escalier…

Eh non, ce n’est pas le nouveau jeu Facebook pour la sensibilisation des cancers du sein… Ce n’est pas non plus notre position préférée pour faire des babouilleries… (oui, on appelle ça comme ça). Mais alors pourquoi ce titre, me direz-vous ?

Je protestais souvent de « faire ma princesse » à garder bébé bien au chaud à la maison pendant que Thomas (et Marie, souvent) se cognaient le placo, l’enduit et tout le tintouin alors que j’avais juste à choisir les couleurs et les matériaux (dans la limite de notre budget of course).

Alors mon cher et tendre m’a attribué quelque chose à faire, un truc rien qu’à moi pour que je puisse dire un peu « ça, c’est moi qui l’ai fait ». Le « ça » en question c’est…. le vernissage de l’escalier ! Il a pas fait les choses à moitié mon chéri, il ne s’est pas foutu de moi : j’ai droit à ma tâche bien chiante !

Pour rappel, le nouvel escalier ressemble à ça (je devrais dire « les nouveaux » puisqu’on a deux étages) :

Donc mon travail à moi : passer la sous-couche et le vernis. Alors je vous le dis tout de suite, c’est pas vraiment évident de vrais le bazar, surtout quand on s’attaque au DESSOUS des marches… et surtout quand on fait le haut et le bas (dans les quarts-tournants…). Le haut c’est option escabeau et le bas ben… ça donne ça :

Petit selfie… ALLONGÉE SOUS L’ESCALIER !

P.S : L’escalier du haut est vernis, j’ai fini la sous couche sur celui du bas aujourd’hui et le constat est le suivant. Le vernis mat incolore, c’est nul. On ne voit même pas qu’il y a du vernis, c’est pas avec ça que je vais me la jouer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *